Erreurs SEO: comment rater son référencement en 5 étapes

erreurs seo

Vous vous lancez dans un projet SEO pour votre entreprise? Vous trouverez pléthore de ressources pour connaitre les bonnes pratiques du référencement. Ça, c’est la théorie. Mais en pratique, c’est lors de l’implémentation que les choses se corsent la plupart du temps. Nous vous dévoilons les 5 erreurs SEO les plus communes observées chez nos clients. Pour que vous ne fassiez pas les mêmes.

1) Bloquez votre indexation avec une balise Noindex :

Tout d’abord, qu’est-ce que le « Noindex » en SEO ? Le Noindex est une instruction qui vise à informer les robots des moteurs de recherche qu’il ne faut pas indexer la page contenant cette directive.
Balise No index

Elle peut être utilisée légitimement pour plusieurs raisons :

  • Pages PDF
  • Pages concernées par du contenu dupliqué
  • Pages manquant de contenu
  • Pages inutiles au référencement (« Mon compte »,…)

Mais il arrive régulièrement (vraiment !) qu’un site entier soit mis en « Noindex », indiquant donc littéralement à Google : « S’il te plait, passe ton chemin et n’indexe pas mon site ». Comment est-ce possible ? Le cas typique, c’est une refonte de site. Les développeurs travaillent sur une version en « Noindex » pour ne pas que le contenu en construction soit référencé, mais une fois le site terminé, il peut arriver que cette balise ne soit pas retirée….Avec des conséquences désastreuses à la clé !

2) Positionnez-vous sur des mots-clés trop génériques ou sur la mauvaise intention de recherche :

L’erreur SEO par excellence : viser des termes beaucoup trop larges ou dont l’intention de recherche (user intent) ne correspond pas au contenu proposé. 

L’idée est alléchante : vous avez identifié une série de mots-clés tournant autour des 10 .0000 ou 20.000 recherches mensuelles. La promesse d’un traffic important sur le site. Mais 1) est-ce réaliste et 2) est-ce pertinent de vous positionner sur ces termes ?

  1. En se focalisant sur du contenu et des mots clés trop génériques, il sera plus difficile d’obtenir un bon positionnement dans les moteurs de recherche car un contenu trop large est souvent un contenu très concurrentiel, c’est-à-dire que de nombreux sites web s’y rapportent et sont optimisés pour ce thème. Et même si vous parveniez à vous positionner sur ces termes génériques, qu’en obtiendriez-vous ?
  2. Ces mots clés, très recherchés, peuvent générer du trafic mais ne vont pas forcément ramener des internautes réellement intéressés par votre business. Vous pouvez aussi manquer totalement votre cible en vous positionnant sur des intentions de recherche erronées.

Qu’entend-on par intention de recherche erronée ?

Voici un exemple concret :

Imaginez un site qui vend des articles déco fabriqués en France. Le terme « décoration française » pourrait, à première vue, sembler intéressant à viser. Mais en jetant un coup d’œil dans la SERP (Search Engine Result Page), on comprend vite que l’intention de recherche n’est pas la bonne. 

Lorsqu’un internaute tape « décoration française » dans Google, c’est pour s’informer sur les décorations militaires ou honorifiques décernées par l’Etat français. … Les chances de ce site déco de se positionner sur ce mot-clé sont quasi nulles, et même s’il y parvenait, il n’y gagnerait probablement rien, si ce n’est un faible taux de clic et un joli taux de rebond.

Les mots clés de longue traine, contenant au moins trois mots, sont beaucoup plus ciblés. Ils engendrent moins de trafic car ils sont moins recherchés, mais ils permettent de mieux comprendre l’état d’esprit dans lequel se trouve l’internaute et ainsi répondre plus efficacement à sa requête. En ciblant ce type de mots-clés, vous optez pour un référencement plus orienté conversion – au sens large – que pur trafic.

3) Négligez votre balisage international

Une erreur SEO classique est une mauvaise utilisation, ou non utilisation, de la balise hreflang. Bien que la balisage international paraisse simple, c’est l’un des domaines du SEO où l’on observe le plus de fautes.

Qu’entend-on par balisage international ?

Il s’agit globalement des attributs Hreflang. Si vous êtes présent à l’international et que vous possédez un site web dans plusieurs langues, il est indispensable de comprendre comment cet attribut fonctionne. Il aide Google à cerner le positionnement géographique et linguistique de votre site pour pouvoir proposer l’URL régionale appropriée à l’utilisateur lors de sa requête.

balisage international

Quels sont les risques associés à une mauvaise utilisation de la balise hreflang ?

Le premier risque, c’est de présenter une page dans la mauvaise langue à l’utilisateur. On imagine bien qu’il sera peu enclin à cliquer sur ce lien.

Il existe aussi un risque indirect – même s’il fait débat au niveau des experts SEO : le risque de se voir « rétrogradé » par Google en raison du faible succès de la page. On parle de pogosticking : après avoir fait sa recherche, l’utilisateur clique sur un résultat. Si Google ne délivre pas la page dans la bonne langue, l’utilisateur va directement quitter la page, donc le taux de rebond sera plus élevé. En revenant dans la SERP, il va certainement cliquer sur un autre résultat.

Google analyse en permanence le comportement des utilisateurs pour juger la pertinence de ses résultats. Il peut décider de ne plus présenter votre site (ou le rétrograder) si de nombreux signaux montrent une insatisfaction des utilisateurs.

Dans le cas ou votre site propose une version différente pour 2 pays présentant une langue similaire, si vous n’utilisez pas correctement la balise Hreflang, Google pourrait considérer votre contenu comme du contenu dupliqué. Par exemple, cela peut arriver si vous possédez une page en anglais britannique destinée au Royaume Uni, et que vous possédez également cette page en anglais américain, destiné aux Etats-Unis, et que vous n’utilisez pas la balise hreflang comme il le faut. Petit rappel des bonnes pratiques pour l’implémentation de vos balises hreflang :

  • Choisissez une seule méthode d’implémentation (sitemap XML, entête HTTP ou entête HTML)
  • Indexez la page originale et chacune de ses variantes
  • Assurez-vous que chacune des pages mentionnées ne possèdent pas d’erreur http et soient accessibles par les robots
  • Utilisez les bons codes langues/pays
  • Mettez en place un hreflang x-default 
  • Utilisez des références d’attribut hreflang bidirectionnelles
  • Assurez-vous que l’URL canonique coïncide avec celle indiquée dans la balise hreflang

4) Jouez à cache-cache avec les bots :

Il y a plusieurs façons de faire perdre leur temps aux robots de Google :

La chaine de redirection :

La chaine de redirection, c’est quoi ?

C’est quand il existe plusieurs redirections entre l’URL de base et l’URL de destination. Par exemple, l’URL A redirige vers l’URL B, et l’URL B redirige vers l’URL C. Ces redirections sont nommées « sauts ».

Chaîne de redirection SEO

Quel est le risque de la chaîne de redirection?

Tout d’abord, cela  ralentit le temps de chargement de la page et impacte négativement l’expérience utilisateur (prise en compte par Google au travers ses critères « Core Web Vitals »). Ensuite, les robots vont mettre plus de temps à trouver le contenu final et cela ralentira donc l’indexation. On constate également qu’ils peuvent avoir des difficultés à interpréter ces multiples redirections. Si une double redirection ne pose généralement pas de souci, en cumuler 3 voire plus est l’une des erreurs SEO qui pourrait bien vous coûter cher.

l'erreur 404 :

Qu’est-ce que c’est ?

Une erreur 404 est un code d’erreur renvoyé par un serveur web quand il ne trouve pas une page ou qu’elle est indisponible. Cela arrive souvent dans le cas de pages web qui n’existent pas ou plus. Les erreur 404 sont fréquentes et stoppent la navigation de l’utilisateur avec l’apparition d’un message d’erreur de type « 404 File Not Found ».

Erreur 404

Quel est le risque des erreurs 404 ?

L’objectif de Google est de fournir un contenu pertinent. Il ne veut donc pas indexer des pages d’erreur. Au-delà de la conséquence pour cette page 404, cela peut aussi affecter l’ensemble de votre site si le moteur de recherche détecte trop d’erreurs lors de sa navigation. Les conséquences seront d’autant plus grandes si les pages concernées possédaient un maillage interne fort. Les liens des pages  qui renvoient vers une 404 seront cassés, et si vos pages en erreur 404 contenaient des liens vers d’autres pages de votre site, celles-ci perdront en popularité. 

Il faut également savoir que même si ces pages 404 ne sont pas indexées par Google, elles sont tout de même crawlées et vous risquez de gaspiller votre Budget Crawl.

L’erreur 404 peut également avoir un impact négatif indirect sur votre positionnement en raison de la mauvaise expérience utilisateur qu’elle engendre. En effet, l’utilisateur perdra son temps, sera frustré et insatisfait, et va donc quitter la page directement. Comme expliqué plus haut, cette erreur seo fait augmenter le taux de rebond qui est analysé par Google pour juger les résultats (et donc les sites) à présenter dans sa SERP.

La meilleure solution pour limiter l’impact négatif de vos erreurs 404 est de rediriger vos URLs problématiques vers des pages valides de votre site. Si vous voulez carrément désindexer une page erronée, vous pouvez les changer en erreur 410 pour informer les moteurs de recherche que la page a été supprimée. Si vous souhaitez limiter l’impact négatif, vous pouvez également rediriger l’URL vers une autre page de votre site.

5) Manquez de clarté :

Le titre, élément crucial de la réussite (ou de l’échec) de votre page

On dit que 80% des gens ne lisent que le titre de votre page, sans cliquer ni lire son contenu. Nous n’avons pas pu vérifier cette statistique mais une chose est sûre : votre titre, c’est la vitrine de votre page ; on doit avoir envie d’y rentrer. Optimiser vos « titles » est donc primordial pour amener du trafic sur votre page.

Mais quelles sont les raisons qui peuvent mener à l’échec de votre titre ? Voici quelques erreurs classiques :

  • Un titre qui ne reprend pas le mot-clé principal
  • Un titre qui excède 75 caractères et qui est donc coupé dans la SERP avant d’avoir pu éveiller l’intérêt (à l’exception de certains cas où cela peut justement attiser la curiosité du visiteur)
  • A l’inverse, un titre qui ne révèle aucun avantage pour le visiteur car trop court (moins de 40 caractères) ou trop général
  • Un titre trop compliqué ; privilégiez un langage simple et direct. Lorsque c’est pertinent, n’hésitez pas à interpeller l’internaute avec des termes d’action ou une question

Plusieurs thématiques par page

Aborder plusieurs sujets dans une même page ou un même article de blog peut avoir un impact négatif sur votre référencement naturel. En effet, il sera plus difficile pour Google de comprendre le sujet ainsi que son contexte, et de savoir sur quels termes vous positionner..

Pour créer du contenu de qualité valorisé par les moteurs de recherche, évitez de vous éparpiller. Traitez une seule thématique par page et veillez à couvrir la thématique de manière exhaustive. Rédigez le plus naturellement possible tout en restant focalisé sur votre fil rouge, c’est-à-dire votre mot-clé principal. Vous pouvez utiliser des groupes de mots clés principaux et secondaires et (a)buser de synonymes. Le contenu doit toujours satisfaire l’intention de recherche de l’utilisateur. De cette façon, Google sera plus à-même de comprendre votre sujet et de le proposer à l’ utilisateur afin de répondre au mieux à sa requête.

En bref :

Vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous souhaitez rater votre référencement. Appliquez ces 5 erreurs SEO à la lettre et vous devriez chuter rapidement dans les résultats Google !

(PS : au contraire, si vous souhaitez booster votre référencement et éviter ces erreurs SEO classiques, demandez-nous conseil !)

Related Posts

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.